Votre mur en pierres sèches (2/3)
06 Sep 2018

Votre mur en pierres sèches (2/3)

Dans la première partie de cette série,

06 Sep 2018

Dans la première partie de cette série, 1001 Jardins explorait les vertus du mur en pierre sèche sur le patrimoine. Aujourd’hui nous nous intéressons à sa fonction écologique et son rôle pour le soutien de la biodiversité.

Murs de Pierres Sèches : des Vrais Biotopes

Le mur de pierres sèches est constitué de pierres empilées afin de former un mur solide, sans ciment. Cette absence de mortier laisse donc des fissures, crevasses et interstices entre les pierres qui offrent des niches protectrices pour l’installation de nombreuses plantes et animaux. Ce milieu présente également des conditions particulières auxquelles les habitants qui le colonisent sont spécialisés : chaleur, sécheresse, peu de substrat et des différences de températures qui peuvent atteindre 50 degré entre le jour et la nuit. Ainsi, un biotope rare et spécialisé peut se développer dans un mur en pierre sèche, qui peut abriter plus d’une centaine d’espèces végétales et animales uniques en leur genre.

 

Cortège Végétal …

La végétation qui s’installe dans un mur de pierres sèches est tout à fait particulière. Elle est dite maigre, propre aux sols pauvres. La nature des espèces présentes dépendra beaucoup du type de pierre, de la forme, taille, épaisseur du mur et de son exposition à l’ensoleillement, mais le modus operandi de la colonisation reste le même.

Au début, les organismes pionniers s’y implanteront, comme les lichens, puis les mousses qui ont une propriété remarquable pour résister aux périodes sèches. Si le mur se situe à l’ombre, des fougères s’y fixeront, comme le capillaire rouge. Ensuite, des plantes à forte capacité de stockage d’eau vont coloniser ce milieu qui en a peu, comme les orpins, ou sedums, qui disposent de véritables réservoirs d’eau dans leurs feuilles charnues. Enfin, l’apparition de plantes à fleur signifie qu’un sol s’est mis en place dans les failles du mur. Au printemps, le mur devient un véritable jardin suspendu : cymbalaire des murs, campanules, vipérine, coquelicot… Pour ces végétaux, les murs constituent un refuge où ils ne sont pas étouffés par des espèces à croissance plus rapides.

… et Défilé Animal !

Les interstices servent à la fois de gîte, refuge, garde-manger et de lieu de reproduction pour diverses espèces d’animaux. Les invertébrés sont les premiers à rechercher la chaleur emmagasinée par les pierres : des insectes, comme les abeilles sauvages et les guêpes maçonnes construisent leur nid de terre ou de boue dans les interstices. S’y joignent les fourmis, araignées et cloportes en tout genre qui se feront un plaisir de dévorer moustiques et pucerons habitant les mousses environnantes. En utilisant les sels minéraux des pierres pour édifier leur coquille, le escargots trouveront leur compte avec les mousses et le lichen, dont se nourriront également quelques papillons très spécialisés.

Toutes ces petites bêtes serviront de garde-manger aux plus grands. Les reptiles, notamment, s’y logent volontiers et sont les rois du bain de soleil sur pierre sèche. Il n’est ainsi pas rare d’observer lézards des murailles, orvets et couleuvres se dorer les écailles. Ces espèces y trouveront un abri pour hiberner en octobre à ressortiront dès les premiers rayons de soleil d’avril. Les amphibiens, tels que la salamandre et le crapaud, profitent eux aussi des microstructures pierreuses. Toute cette petite faune se constituera comme une alliée précieuse du jardinier car ils consommeront les ravageurs de cultures.

Les oiseaux ne sont pas en reste : les espèces cavernicoles abritent leurs nids dans les interstices du mur ou viennent y chasser. C’est le cas notamment du troglodyte mignon et du rossignol philomèle. Les murets de pierres sèches offrent aussi le refuge et le couvert à de nombreux petits mammifères et rongeurs comme la musaraigne ou le campagnol qui se nourriront des larves et insectes indésirables du jardin. Le hérisson trouve aussi refuge à la base des murs et aidera à lutter contre les limaces et les escargots dont il est friand.

Un Réseau Vivant pour la Nature… en Plein Jardin !

Ainsi, le mur est vivant. Et au fil des saisons, il offrira un lieu d’observation privilégié pour les naturalistes. Faune et flore vont aussi favoriser la production du jardin environnant, en luttant naturellement contre les divers parasites du jardin et en provisionnant des pollinisateurs. La résilience du mur en fait un environnement résistant aux changements, et durable.

Chez Mille et un Jardins, nous sommes fiers de compter sur une équipe spécialisée dans la construction en pierres sèches qui planifiera l’élévation d’un mur sur mesure dans votre jardin. Le mur en pierre sèche contribue à l’aménagement esthétique du jardin et offre un espace vital à la nature. Inscrivez-le dans un contexte de jardin naturel, avec pairies fleuries et plans d’eau, et il complétera un réseau de micro-biotopes. Consultez notre page www.mur-pierres-seches.ch pour plus d’information et pour prendre contact avec nos experts !

En attendant, nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour le troisième et dernier épisode sur les fabuleux murs en pierres sèches !

Leave a comment
More Posts
Comments

Comments are closed.