Votre mur en pierres sèches (1/3)
14 Août 2018

Votre mur en pierres sèches (1/3)

Durant l’été, 1001 Jardins se penche sur

14 Août 2018

Durant l’été, 1001 Jardins se penche sur les murs de pierres sèches. A travers trois thèmes, nous allons découvrir les rudiments de ce savoir-faire artisanal et ses vertus. Nous commençons aujourd’hui avec l’origine et les valeurs culturelles des ouvrages en pierre sèches.

Le mur en pierres sèches est une forme de construction vernaculaire, une superposition et un alignement de pierres constitués sans aucun liant. Les artisans muraillers, ou muretiers, choisissent, taillent et marient chaque pierre sans mortier.

Murs de Pierres Sèches : Patrimoine du Paysage

On trouve des murs en pierres sèches un peu partout en Suisse, mais c’est principalement dans le Jura et le Valais qu’ils protègent les pâturages et les vignes. Certains murs datent de plus de 4000 avant J.-C. Au XXème siècle, cet artisanat disparaît au profit de techniques de construction modernes facilitant la mise en œuvre et le rendement. Heureusement, les édifices en pierre sèche sont durables, centenaires même, et encore beaucoup de murs définissent aujourd’hui les paysages agro-environnementaux de Suisse et d’Europe.

Même si le savoir-faire aurait pu disparaître avec les bâtisseurs d’antan, certains artisans ont su le transmettre et aujourd’hui encore, ce métier s’apprend. Parce qu’ils connaissent les fonctions variées de ces empilements de belles formes, ces muraillers modernes perpétuent la pratique de la construction en pierres sèches, sauvegardent et transmettent le savoir-faire nécessaire.

Un ouvrage aux multiples fonctions !

Historiquement, les murs en pierres sèches étaient utilisés pour trois raisons :

Murs de soutènement, pour réaliser des terrassements. Le mur réduit la pente du terrain et son érosion par le ruissellement, favorisant ainsi la surface cultivable et la qualité du terrain. Nous trouvons de nombreux exemples de murs de soutènements en pierres sèches en Suisse, par exemple en Valais avec les coteaux de vignobles.

www.mgv.photography

Mur de séparation, pour délimiter les pâturages et les champs. Cela évitait de construire des clôtures en bois qui pourrissaient au bout d’une dizaine d’années, et limitait le déboisement, en utilisant les pierres à portée de main, à profusion sur les pâturages. Ils constituent désormais des éléments paysagers typiques dans certaines régions en Suisse, comme par exemple dans le Jura.

Epierrage des champs et pâturages. En ramassant les pierres sur le terrain, les murs servaient aussi de ‘décharge’ fonctionnelle. On faisait, littéralement, d’une pierre deux coups ! C’était surtout le cas dans certaines régions du Sud de l’Europe, comme en Italie ou en Grèce, où les pierres recouvraient une partie significative des champs.

Aujourd’hui, ces murs ont trouvé de nouvelles vertus. Ils forment une partie intégrante du patrimoine et le caractérisent. Les murs de pierres sèchent ‘habillent’ le paysage par leur esthétisme et enracine le lieu par leur héritage socioculturel. Dans sa fonction, le mur protège et sépare, mais dans son essence, il crée un lien.

Chez Mille et un Jardins, nous sommes fiers de compter sur une équipe spécialisée dans la construction en pierres sèches qui planifiera l’élévation d’un mur sur mesure dans votre jardin. Intéressé par l’élaboration d’un mur en pierres sèches sur votre terrain ? Consultez notre page www.mur-pierres-seches.ch pour plus d’information et pour prendre contact avec notre équipe.

Retrouvez-nous début septembre pour le deuxième épisode sur les fabuleux murs en pierres sèches !

Leave a comment
More Posts
Comments

Comments are closed.